Catégories
Vie Pratique

Messieurs et si vous vous offriez un portefeuille en alligator ?

Accessoire d’une très grande élégance, le portefeuille en alligator offre un cuir vraiment exceptionnel. Exotique, il est considéré par beaucoup de créateurs comme étant un must dans la peausserie. Le travail de tannerie pour la maroquinerie de luxe demande de l’excellence. Les ateliers où les peaux sont finies à la main deviennent rares. Et pourtant ce sont les patines, les peintures et les incrustations de poudres métalliques qui donnent à ces pièces toute leur beauté unique.

La peausserie dans le luxe

Portefeuille alligator

Le choix d’une peau et ses traitements vont déterminer le résultat final. Pour un grand nombre de créateurs dans la maroquinerie, la peau parfaite est quelque part leur Saint Graal. Une quête sans fin, une recherche de la perfection. La peau de crocodile touche en quelque sorte à cette excellence surtout lorsqu’elle est tannée par une des plus prestigieuses tanneries. Le travail du cuir pour le luxe demande la maîtrise d’un savoir-faire séculaire, des gestes précis et une finition haut de gamme. Aujourd’hui il est donc possible de trouver différentes pièces comme le portefeuille alligator de la marque haut de gamme Masha Keja. Cet article destiné aux hommes est d’une élégance extrême. Messieurs vous apprécierez son touche incomparable, sa brillance et surtout son raffinement. Considéré comme un des must de la maroquinerie de luxe, le cuir de croco est en soi une véritable œuvre d’art.

Le cuir végétal

Lorsqu’on parle de cuir végétal il ne s’agit pas là d’un “cuir” issu d’un arbre ou d’une plante. C’est du tannage dont il s’agit c’est à dire qu’au lieu d’utiliser des produits chimiques comme le chrome par exemple le tannage est végétal. Ainsi écorces de bois, racines et feuilles rentrent dans la composition. Ce tannage naturel est plus long (plusieurs jours voire semaines) alors qu’un tannage chimique se réalise en quelques heures. Si vous êtes vegan sachez messieurs qu’aujourd’hui il est possible de trouver des pièces conçues avec un “éco-cuir” dérivé de plantes comme le coton, le maïs, le lin ou encore le soja…